Couverture La Dernière Flèche de Jérôme NoirezÉdition lue : Editions Mango, 2010

Genre : Jeunesse, aventure, fantastique

Nombre de pages : 360 pages

A conseiller : à ceux qui souhaitent découvrir une autre facette de la légende de Robin des Bois, à ceux qui ne sont pas dérangés par l’introduction du fantastique et à ceux qui aiment les héroïnes « tête à claque ».

Public : adolescent et jeune adulte.

Synopsis : Robin des Bois, redevenu Robin de Loxley, amène sa fille Diane à Londres pour lui changer les idées. Ils logent chez Will l’Ecarlate qui a réussi sa reconversion, ce qui ne semble pas être le cas de tous les anciens compagnons de Robin. Londres est une cité bien curieuse qui semble avoir sa propre vie et qui change toutes les personnes qui y séjournent. Diane va l’apprendre à ses dépends.

Raison de ce choix : J’aime les réécritures de mythes et de légendes, ainsi que leur suite. C’est le « Et après ? » qui m’a séduite avec un prolongement des aventures de Robin des Bois qui est maintenant père.

Avis : Je m’attendais plus à un roman d’aventure qu’à un roman fantastique. J’ai donc été surprise par la tournure que prenait l’histoire. Mais une fois passée ce moment surprenant, le roman est plaisant et donne une suite assez particulière au mythe de Robin des Bois, mais une suite qui m’a convaincue.

Commençons par les points négatifs. L’histoire est estampillée un peu trop jeunesse à mon goût avec, notamment, une résolution un peu trop aisée de certains obstacles que rencontre notre héroïne. Je pense aussi que pour un roman jeunesse le début met beaucoup de temps à se mettre en place. Certes, l’auteur prend le temps de mettre en place les éléments de l’intrigue et d’expliquer ce qui est arrivé depuis la fin des aventures de Robin et de ses compères ; mais, on n’entre dans le vif du sujet que tardivement, ce qui peut perdre certains lecteurs.

Il faut noter aussi que certains passages sont assez crus et horrifiques et ne conviennent pas aux plus jeunes ou aux plus sensibles d’entre nous (c’est pour ça que je classerais ce roman pour les adolescents à partir de 14 ans). De même, les explications sur la partie fantastique du roman peuvent paraître un peu complexes et ne s’adressent pas à un jeune public.

L’héroïne est vraiment l’archétype de ce héros tête-à-claques » qu’on déteste dès le premier contact. J’ai eu l’impression que Diane était une adolescente de nos jours qui se plaint plus qu’elle n’agit (au moins au début). Il y a là un anachronisme qui peut passer si l’on n’est pas trop pointilleux. Enfin, il y a une scène qui m’a un peu gênée à la fin à la Tour de Londres où je me suis dis « Mais pourquoi ?! ». Sans trop en dévoiler, j’ai trouvé qu’elle était là pour répondre à un certain cahier des charges et qu’elle n’avait pas une réelle incidence sur le scénario.

Malgré ces quelques points, j’ai apprécié la façon dont l’auteur s’est réapproprié le mythe de Robin des Bois en exacerbant les qualités et les défauts de nos héros (ou du moins de ce que je me souviens de mes lectures et des mes visionnages). J’ai tout particulièrement aimé l’idée développée par l’auteur sur le côté noir de Robin avec une vraie continuité de sa légende. J’ai cependant été plus dubitative sur les secrets de Londres.

Finalement : Une idée très intéressante avec une réappropriation du mythe qui m’a plu. Cependant, je ne me suis pas attachée à l’héroïne ce qui m’a un peu gâché la lecture j’avoue. J’aurais aussi aimé entrer plus rapidement dans le vif du sujet.

Mon impression : Intéressant.

Note : 13

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Publicités