Couverture Bordemarge d'Emmanuelle NuncqÉdition lue : Editions Castelmore, 2012, ePub.

Genre : Fantastique, jeunesse aventure

Poids : 851 ko

A conseiller : au jeune public qui aime les romans de cape et d’épée, à ceux qui aiment les héroïnes au caractère fort et à ceux qui ne veulent pas un grand suspens.

Public : enfant et adolescent.

Synopsis : Violette est une bibliothécaire qui s’ennuie. Il faut dire qu’il ne se passe pas grand-chose dans sa ville et elle a l’impression de ne servir qu’à indiquer les toilettes. Un jour, une jeune femme, Roxane, lui tombe littéralement dessus et l’oblige à échanger leurs vêtements. Violette est alors prise pour Roxanne, héritière du trône de Bordemarge qui s’est retrouvée dans notre monde en passant par un tableau. Violette va découvrir un nouveau monde qui pourrait bien lui changer la vie.

Raison de ce choix : Une fois n’est pas coutume, j’ai découvert ce roman lors de l’opération 1000K de Bragelonne. L’aspect « livre d’aventure et de cape et d’épée » comme dans mon enfance m’a séduite.

Avis : J’ai été vraiment déçue par ce roman. Il y a de l’action et des rebondissements, mais je n’ai pas accroché à l’histoire et encore moins aux personnages que j’ai eu envie de secouer plusieurs fois. En outre, je n’ai pas spécialement aimé le style d’écriture d’Emmanuelle Nuncq. Bref, je n’ai pas beaucoup de points positifs à souligner.

Tout d’abord, il y a beaucoup de répétitions dans les descriptions d’un chapitre à l’autre avec quelque fois un copier-coller presque identique. Lorsqu’on a déjà rencontré un lieu, il n’est pas utile de nous le représenter en décrivant la même chose sans rien ajouter de neuf. Je sais bien que c’est une livre jeunesse, mais les lecteurs peuvent se souvenir des lieux qui ne sont pas extrêmement complexes et relèvent du lieu commun. Ces répétitions ne ralentissent pas le rythme, car elles sont courtes, mais elles alourdissent le style et le récit par des retours inutiles.

Je ne me suis pas attachée au personnage non plus et notamment aux deux héroïnes. Violette est décrite comme une vieille fille dépressive et aigrie alors qu’elle est jeune ! Son métier de bibliothécaire ne lui plait pas (ou plus) et elle passe ses journées à ruminer. Même dans une petit bibliothèque il y a beaucoup de choses à faire, mais passons. J’ai juste eu envie de lui dire de se réveiller un peu et de se bouger, elle ne semble pas être maîtresse de son destin. Roxanne est le vrai archétype (ou la vraie caricature) de l’héritière fougueuse qui sait tout faire et veut sauver son peuple d’un méchant usurpateur. C’est tout l’inverse de Violette : j’ai eu l’impression qu’elle était montée sur ressort et elle m’a fatiguée.

Ces deux héroïnes sont des caricatures de personnages et ne révèlent pas de vraies personnalités. Les autres personnages semblent avoir un peu plus de profondeur mais ils ne sont pas assez développés pour que je puisse en juger. C’est peut-être le côté jeunesse qui veut ça afin que les personnages soient repérables et compréhensibles par tous ; mais ce fut un écueil pour ma lecture.

L’histoire oppose deux mondes : le notre et un monde purement littéraire, les deux étant reliés grâce à un miroir. L’originalité provient de ce monde littéraire mais qui oscille constamment entre une parodie d’univers de cape et d’épée et la construction d’un vrai monde qui aurait sa propre logique. J’ai d’ailleurs eu du mal à me représenter ce monde dans son ensemble : j’ai eu l’impression que l’auteur voulait mettre trop d’éléments. C’est comme si elle avait eu beaucoup d’idées, qu’elle avait vu son imagination s’emballer sans réellement avoir su faire des choix pour rendre le tout cohérent.

J’ai trouvé que l’histoire manquait aussi un peu d’épaisseur : il y a une quête bien sûr mais rien de plus. Une fois que les règles de ce nouveau monde sont connues, l’histoire reste linéaire et prévisible. En outre, il y a quelques longueurs avec des actions inutiles car elles ne font pas avancer l’histoire. Les personnages évoluent trop peu et dans un sens qu’on devine aisément. Bref, j’ai eu l’impression que ce livre n’était pas réellement abouti.

C’est un roman qui oscille entre jeunesse et adulte mais qui ne trouve pas son créneau. J’ai eu le sentiment de lire un livre écrite par un auteur qui s’est fait avant tout plaisir en écrivant sur des thèmes qui lui sont chers et qui lui parlent avec des blagues et des références personnelles.

Finalement : Un livre qui m’a déçue. Je n’ai ni apprécié l’histoire, ni les personnages. C’est un roman mélangeant tellement d’éléments qu’il en devient brouillon malgré une bonne idée de départ.

Mon impression : Pas pour moi.

Note : 10

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Publicités