Couverture Le Silence de Grey House de Deanne RaybournTitre original : Lady Julia, book 1 : Silent in the Grave

Date de la première publication : 2006

Édition lue : Editions Milady (Pemberley), 2014, ePub.

Genre : Historique, policier

Poids : 1,48 Mo

A conseiller : à ceux qui aiment les ambiances victoriennes feutrées où les apparences sont toujours trompeuses, à ceux qui cherchent une galerie de personnages différents et bien timbrés (pour certains) et à ceux qui ne sont pas gênés par une enquête qui prend son temps.

Public : jeune adulte et adulte

Synopsis : Le mari de lady Julia vient de mourir d’une longue maladie. Alors, lorsque Nicholas Brisbane, un mystérieux détective que sont mari venait d’engager, lui dit qu’il s’agit d’un assassinat, Julia ne le croit pas et le renvoie. Jusqu’à ce qu’elle trouve par hasard une mystérieuse missive…

Raison de ce choix : Comme de coutume pour mes livres numériques, j’ai acquis celui-ci suite à l’opération 1000K de Bragelonne. J’avais envie de découvrir cette collection car je suis une vraie fleur bleue et qui, en plus, aime tout particulièrement cette époque.

Avis : C’est une lecture que j’ai grandement apprécié malgré des petits défauts qui, tout compte fait, ne sont pas aussi dérangeants que cela. Il faut aussi prévenir que nous ne nous sommes pas dans une romance pure puisque l’enquête prend vraiment le pas sur l’histoire entre les personnages.

Le défaut le plus important à citer est la longueur et la lenteur de l’histoire. On n’entre pas tout de suite dans l’enquête ; même si les premières lignes présentent d’une manière prenante le décès du mari de Julia en nous plongeant dans l’action immédiatement. Après cette exposition, il y a une longue période de deuil et l’enquête ne commence seulement qu’un an après les faits. Et lorsque l’enquête démarre, on doit bien avouer qu’elle n’avance pas rapidement et que nous, lecteurs, avons peu d’indices à nous mettre sous les dents.

Cet aspect vient principalement du fait que c’est Julia qui nous raconte l’histoire : cela limite les possibilités quant aux actions des uns et des autres. Mais, j’ai eu la désagréable impression de ne pas réellement avancer même si j’ai eu, tout au long du roman, envie de connaître la suite et le fin mot de cette histoire.

Au final, c’est un tome d’introduction qui prend le temps de mettre en place tous les éléments qui serviront à la suite de la série (enfin, je l’espère). Paradoxalement, c’est cet aspect qui m’a plu dans le roman : suivre la vie quotidienne d’une jeune veuve qui apporte un côté « réel » à l’histoire. J’ai apprécié d’apprendre quelques éléments sur cette époque. J’ai apprécié également la galerie de personnes secondaires qui sont différents les uns des autres mais qui incarnent soit le conservatisme, soit l’anticonformisme à une époque où les relations sociales sont primordiales. J’aimerais (peut-être par la suite) que certains soient un peu plus développés.

On suit donc Julia qui, issue d’une famille d’originaux, a voulu « rentrer dans le rang » en épousant un ami d’enfance qu’elle aime profondément. Or, son meurtre va devenir une remise en question de son univers et elle est constamment prise entre son rang et son envie de liberté qu’elle a du mal à assumer. Nicholas est un personnage plus discret voire distant, mais on en apprend beaucoup sur lui mine de rien.

Finalement : Un roman que j’ai apprécié et dont je lirai la suite avec plaisir. Le rythme est lent mais permet de mettre en place les différents personnages. J’ai apprécié de partager un moment de la vie d’une jeune veuve qui cherche une vérité qui va en amener d’autres…

Mon impression : Intéressant

Note : 14

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Publicités