Couverture Le guet des orfèvres (Les Annales du Disque-Monde, tome 15) de Terry PratchettTitre original : Men at arms

Date de la première publication : 1993

Édition lue : Editions Pocket (Fantasy), 2011, traduction de Patrick Couton.

Genre : Fantasy, humoristique

Pages : 408 pages

A conseiller : à ceux qui aiment l’humour britannique (parce que c’est tout d’abord une parodie avec plein de jeux de mots dedans), à ceux qui n’ont pas peur du mélange des genres (parce qu’on ne parle que de fantasy) et à ceux qui aiment les nains et détestent les trolls ou inversement (d’ailleurs pourquoi ne s’aiment-ils pas déjà ?).

Public : jeune adulte et adulte

Synopsis : Le capitaine Vimaire va se marier et il va prendre sa retraite. D’autant que le Guet de nuit engage de nouvelles recrues : un nain, un troll et une femme et cela au nom de l’anti-discrimination des minorités. Mais les ennuis commencent lorsqu’une personne utiliser un dragon pour ouvrir une brèche dans un mur et lorsque des morts apparaissent aux quatre coins de la ville. Est-ce que Vimaire pourra résister à ce dernier mystère avant la retraite ?

Raison de ce choix : Je continue mon bonhomme de chemin dans Les Annales du Disque-Monde avec ce tome 15 qui est la suite de « Au Guet ! » que j’ai lu il y a quelque temps déjà.

Avis : Que dire, que dire… C’est encore une fois du grand Pratchett qui nous offre une critique acerbe de certaines dérives de notre société mêlée avec un humour qui lui ait propre et une intrigue policière sympathique.

On retrouve notre guet au grand complet avec trois nouvelles recrues qui ne manquent pas… d’originalité ! Il s’agit du nain Bourrico, du troll Detritus et de la femme Angua. Issus des minorités d’Ankh-Morpork, ces trois nouveaux agents vont donner du fil à retordre à leurs instructeurs (Ne saluez pas agent Detritus !). Je me suis attachée à ces nouveaux personnages, comme à peu près tous les personnages que crée Terry Pratchett, et j’ai trouvé que leurs caractéristiques étaient sympathiques et mettaient du piment dans l’histoire, notamment l’animosité entre le nain et le troll. Les anciens sont toujours là, égaux à eux-mêmes. Sauf Carotte qui « monte en grade » et devient le véritable héro de cette histoire et Vimaire que j’ai trouvé triste et un peu plat.

L’histoire est sympathique sans trop de surprises parce qu’on sait qui-c’est-qui-a-tué dès le départ. Cependant, j’ai apprécié voyagé dans cette capitale tentaculaire aux innombrables guildes : fous (clowns), mendiants, chiens… Pratchett est un conteur hors-pair qui m’a fait ressentir (et sentir !) réellement les rues d’Ankh-Morpork. On insiste à quelques éléments extérieurs à l’intrigue principale mais qui rend l’ensemble cohérent et vraisemblable : on en apprend un peu plus sur la vie quotidienne de la capitale et de ses personnages.

Comme toujours, l’auteur, par son humour, aborde des sujets plus sérieux avec brio. Ici, on parle de racisme principalement avec une opposition entre les nains et les trolls pour des questions… millénaires diront-nous. J’aime toujours autant la manière dont l’auteur décrit la société du Disque-Monde pour la faire raisonner avec la nôtre et en montrer ainsi toute son absurdité.

Finalement : Encore un bon opus des Annales du Disque-Monde. On retrouve notre cher guet d’Ankh-Morpork augmenté de quelques nouvelles recrues particulières : un nain, un troll et une femme. Alors qu’un mystérieux vol a eu lieu à la guilde des Assassins, un premier meurtre est commis. Pratchett nous emmène alors dans une intrigue policière haute en couleur ! De quoi rire mais aussi réfléchir.

Mon impression : Passionnant

Note : 15

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Publicités