Bonjour à toutes et à tous,

Je me suis mise à la BD de manière plus approfondie en multipliant les lectures de ce genre. Je vais vous livrer des avis rapides sur une série Le rêve du papillon de Richard Marazano et Luo Yin. Commençons par le premier tome.

Avis rapide (6) : « Le rêve du papillon, tome 1 : Lapins sur la lune » de Richard Marazano et Luo Yin

Couverture "Le rêve du papillon, tome 1 : Lapins sur la lune" de Richard Marazano et Luo Yin

Cette série promet de nous plonger dans « une fable magique et intemporelle […] dans un monde de poésie, d’humour et de fantaisie ». Ce premier tome répond à quelques unes de ces promesses.

Tutu est une jeune fille qui lors d’une sortie scolaire se perd dans une tempête de neige et arrive dans un monde bien étrange peuplé d’animaux qui parlent mais aussi de machines bizarres. Nous sommes comme Tutu perdus dans ce monde qui semble connaître un hiver éternel. On découvre avec elle les particularités et les bizarreries de ce monde. J’ai adoré monsieur Panda qui est le premier « ami » de Tutu et les Lapins qui sont des personnages attachants malgré leur côté « idiot ».

Concernant l’histoire, les éléments se mettent tout doucement en place, comme si l’auteur ne voulait pas vraiment nous brusquer. Nous découvrons progressivement ce monde qui garde toutefois une grande part de mystère mais j’ai trouvé que le tout semble cohérent et certaines trouvailles intéressantes. J’ai été happée juste ce qu’il faut pour avoir envie de connaître la suite et savoir à quoi ressemble ne pas rester sur ma faim et j’ai envie de suivre cette histoire.

Les dessins sont très beaux et les cases bien construites. L’ensemble n’est pas forcément toujours bien détaillé, mais il n’y a pas une impression de manque. J’ai aussi apprécié la couleur qui amène une certaine douceur à l’histoire ; mais qui est devient aussi un peu plus dure lorsque le scénario le demande. C’est peut-être l’aspect qui m’a le plus séduit dans ce premier tome.

Finalement, la 4e de couverture tient sa promesse et nous offre un monde effectivement poétique, mais surtout absurde. J’ai hâte de lire la suite.

 

Publicités