Couverture Les Kerns de l’oubli, tome 3 : Resurrections de Feldrik Rivat

Date de la première publication : 2014

Édition lue : Éditions l’Homme Sans Nom, 2014

Genre : Fantasy, science-fiction

Nombre de pages : 421 pages

 

A conseiller : à ceux qui aiment les romans à plusieurs voix, à ceux qui aiment que les styles se mélangent et à ceux qui n’ont pas peur de ne pas tout comprendre tout de suite.

Public : jeune adulte et adulte

Synopsis : Le moment est venu pour Erkan d’effectuer le Rachat. Mais il n’est pas le seul à jouer un rôle dans cet évènement qui le dépasse, qui les dépasse tout. Mais que signifie le Rachat ? Qui sont ces lieutenants qui réveillent sur le continent ? Quels secrets renferment ce continent ?

 

Raison de ce choix : J’ai déjà lu les deux premiers tomes suite à ma rencontre avec Feldrik Rivat lors des Imaginales. Il m’avait convaincu de lire sa trilogie. A la fin de chaque tome, j’avais envie d’en savoir plus donc lire le troisième tome était indispensable.

 

Avis : Quelle claque j’ai pris en lisant ce dernier tome. C’est une trilogie qui prend tout son sens lorsqu’on connait la fin mot de l’histoire… tout s’éclaire d’un jour nouveau. J’ai eu un peu peur au début en commençant ce livre parce que même si on garde un mécanisme similaire dans la narration, de nouveaux personnages arrivent et on laisse un peu de côté Erkan. Dans un premier temps, j’ai eu un peu peur que l’histoire parte dans tous les sens et que le tout se complexifie trop pour que j’arrive à raccrocher tous les wagons entre eux.

Cependant, ce n’est pas du tout le cas. Bien sûr, on a l’impression qu’on part dans une autre histoire puisqu’on suit principalement le Quadrille, et notamment Crohn, qui voyage sur les routes en obéissant à Awana. Mais surtout, ils sont capables de lire l’histoire des personnes. On ne sait pas trop s’il regarde le présent ou un peu dans le passé ; mais ce n’est pas réellement grave. Donc, au final, on suit les personnages déjà connus à travers les visions du Quadrille.

L’auteur garde toujours l’alternance des points de vue. J’aime bien ce système que Feldrik Rivat maitrise très bien. On est vraiment intégré dans les pensées des personnages et dans leur ressenti. Il est alors plus aisé de comprendre leur réaction et leurs interrogations. Cependant, quelque fois, on aimerait en savoir plus et connaitre des éléments qu’ignorent les personnages afin de mieux comprendre les scènes.

Malgré tout, j’ai eu le sentiment d’avancer dans ma lecture et d’aller vers un point final à cette histoire même si je ne comprenais pas nécessairement tout. Je pense qu’au final cette trilogie, et notamment ce tome, fait partie des types de livre dont il faut accepter de ne pas tout comprendre pour qu’à un moment final tout s’éclaire. L’ensemble m’a semblé cohérent et bien expliqué ; mais pour être honnête, il faudrait que je relise les deux autres tomes dont je n’avais pas de souvenirs très précis.

Concernant les personnages, je vais parler uniquement du Quadrille qui prend une place vraiment importante dans l’ensemble. Il est délicat de vraiment en parler puisque les descriptions que nous en donne l’auteur sont entourées de périphrases et il les décrit sans vraiment les décrire. Ce sont plus leurs actions qui les définissent. Ces cinq personnages sont tous intéressant à leur manière, et pour certains, j’ai eu vraiment de la sympathie. L’auteur nous enferme un peu dans un huit-clos avec ces personnages et certaines fois, en tant que lectrice, je me suis sentie enfermée et mal à l’aise. Pas négativement, je vous rassure mais j’avais l’impression de vivre les sentiments de ces personnages presque immortels et qui sont obligés de vivre ensemble.

 

Finalement : Un troisième tome qui éclaire le reste de la trilogie. Je me suis dis « Ah oui quand même ! ». On découvre de nouveaux personnages et on bascule vers un autre genre littéraire. Au final, j’ai envie de relire les deux autres tomes afin de bien comprendre l’ensemble de l’univers créé par l’auteur. Une trilogie exigeante mais qui vaut le coup !

Mon impression : Passionnant

Note : 15

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Publicités