Les amants du génome de Johan Héliot

Couverture Les amants du génome de Johan Héliot

Date de la première publication : 2016

Édition lue : Editions Syros, 2016

Genre : Science-fiction, jeunesse

Nombre de pages : 280 pages

A conseiller : à ceux qui aiment les histoires se passant sur plusieurs années, à ceux qui souhaitent réfléchir sur notre avenir et à ceux qui débutent en science-fiction.

Public : adolescent et jeune adulte.

Synopsis : Orfée et Idriss sont en dernière année, celle de la Sélection qui leur permettra peut-être d’intégrer Europolis, ville-dôme dans laquelle les plus brillants esprits luttent contre la misère du monde. Amoureux, ils se projettent dans un avenir radieux où ils pourront réaliser leurs rêves. Malgré les pronostics, Idriss échoue au test d’admission alors qu’Orfée réussit. Leur chemin doit alors se séparer mais l’amour qu’ils ont l’un pour l’autre pourra-t-il s’affranchir de la distance ? mais surtout de la différence dans leur style de vie ?

Raison de ce choix : J’avais lu « Seule la lune le sait » du même auteur que j’avais grandement apprécié. Lorsque j’ai vu que ma sœur avait acheté ce livre, je lui ai emprunté bien qu’il soit orienté plus jeunesse.

Avis : Je n’ai pas été déçue par ce roman même si le côté jeunesse est quelques fois prégnant par le côté « trop facile » de certaines situations. Johan Héliot livre une histoire d’amour qui pourrait se passer et amène à réfléchir sur notre futur. Il ne faut pas prendre ce livre comme une romance : ce n’est pas réellement l’histoire d’un amour qui est mis en avant mais l’histoire de deux personnes qui s’aiment et qui vont essayer de tout faire pour rester ensemble malgré leurs destins différents. L’auteur ne nous montre pas qui est bon, qui est méchant mais il axe son histoire sur les choix que vont faire les deux héros suivant leurs sentiments, les éléments extérieurs…

L’auteur arrive à se départir de la mièvrerie qui se rattache souvent aux dystopies pour adolescents. Pas question d’avoir des complaisances pour les deux héros : il s’agit de retranscrire une histoire vraie, réelle mais surtout tangible. Les personnages sont réellement crédibles dans leurs sentiments et leurs envies mais aussi dans leurs colères et leurs désillusions. Le caractère des deux personnages principaux, et aussi des personnages secondaires, sont bien affirmés dès le départ et leurs évolutions semblent logiques bien que douloureuses parfois.

J’ai apprécié réellement tous les personnages — alors que souvent dans les romans certains sont moins bien définis que d’autre et que je reste un peu sur ma faim pour certains d’entre eux. Orfée est touchant par cette volonté de s’en sortir malgré tout et tous et sa naïveté qui en fait un personnage fort. Irdiss est une jeune femme qui ne s’apitoie pas sur son sort mais qui va essayer justement de s’en sortir malgré les difficultés. Ces deux personnages principaux sont inspirants. Mais vous verrez en lisant ce roman (et j’espère que vous le ferez !) que les personnages secondaires sont tout aussi passionnant à suivre et à comprendre !

L’histoire est fluide et suit un scénario qui peut être deviné en partie, mais la force de l’auteur est vraiment son style bref et concis. Je n’ai jamais connu un temps mort et, c’est assez rare pour le signaler, j’ai eu l’impression que chaque phrase, chaque mot était à sa place. Même la fin m’a plu et si vous suivez ce blog depuis un moment déjà vous savez que les fins et moi c’est souvent difficile. Mention aussi à l’auteur qui arrive à faire des sauts dans le temps de manière naturelle : je n’ai jamais été perdue avec sa faculté à vous mettre dans le bain et à vous raconter en quelques phrases tout ce que vous avez manqué en l’intégrant très bien au récit.

Mais comme ce n’est pas un coup de cœur, il y a des choses qui m’ont déplu forcément. Tout d’abord ce fameux style, qui m’a plu, m’a aussi quelques fois déplu : j’ai trouvé que la narration utilisait des mots faciles et familiers, ce qui peut se comprendre puisque orienté adolescent. J’ai eu aussi beaucoup de mal avec l’expression « sœur de quartier ». L’autre élément qui peut gêner certains lecteurs est le chemin choisi par l’auteur : à part quelques éléments, comme l’introduction d’un nouveau personnage, l’ensemble est facilement devinable et l’intrigue n’est pas complexe outre mesure. Cependant, le message adressé reste tout de même fort.

J’aurais aimé aussi que certains passages soient un peu plus décrits, que l’auteur aille peut-être un peu plus au fond des choses. Le fait que la narration se fasse uniquement à deux voix fait qu’on perçoit cette histoire du point de vue que des deux protagonistes principaux et que c’est frustrant de ce dire qu’il y a d’autres choses qui se passent mais qu’on ne peut pas savoir réellement ce qui se passe. De même, les coupures et les sauts dans le temps servent le récit, mais j’aurais souhaité qu’ils soient moins longs et qu’on en apprenne encore plus.

Finalement : Un roman qui se lit tout seul, bien rythmé, avec de nombreuses péripéties. L’auteur arrive à éviter la romance mièvre pour proposer une vraie réflexion sur un futur probable. La force de ce livre est de dérouler un scénario sur plusieurs dizaines d’années. Cependant, une moitié de l’intrigue est devinable sans peine. Je conseille à ceux qui débutent la science-fiction.

Mon impression : Intéressant

Note : 14

Et vous, qu’en avez-vous pensé ? Avez-vous envie de lire cette vision du futur ?

Publicités

N'hésitez pas à laisser votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :