Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui, je viens vous parler d’une BD qui m’a énormément touchée et qui mériterait que chacun s’attarde dessus.

Avis rapide (32) : « L’anniversaire de Kim Jong-Il » d’Aurélien Ducoudray et Mélanie Allag

Couverture L’anniversaire de Kim Jong-Il d’Aurélien Ducoudray et Mélanie Allag

Pourquoi en faire un avis rapide alors que je pourrais en réaliser une chronique ? Tout simplement parce que cette BD transmet de tels sentiments que je trouve qu’un billet court permet de mieux retranscrire mon expérience de lecture qu’une fiche plus rigide.

On suit les aventures de Jun Sang qui est né le 16 février comme Kim Jong-Il, gouverneur-dictateur de la Corée du Nord, personnage qu’il a appris à aimer et à idolâtrer. Mais, il va vite se rendre compte que tout ce qu’il a appris à l’école n’est peut-être pas si juste que cela.

Le résumé n’est peut-être pas engageant pour certains, mais cette BD mérite vraiment d’être lu par tous. Au final, on connait peu de choses sur la Corée du nord si ce n’est que c’est une dictature et que les Coréens du nord semblent dans leur grande majorité contents de leur sort (propagande quand tu nous tiens !). Cette BD nous propose de voir l’envers du décor du point de vue d’un petit garçon qui va se retrouver confronter à l’injustice de son pays alors qu’il croyait, parce qu’il l’avait appris à l’école, que Kim Jong-Il protégeait son peuple.

A ce titre, c’est une BD très instructrice, comme pourrait l’être une BD historique. Autant vous dire tout de suite que je ne suis pas du tout experte en la matière et qu’il faut toujours être un peu critique sur ce qu’on nous propose. Cependant, je pense que le travail de recherche derrière cette histoire est important et que si ce n’est pas la stricte vérité, cela s’en rapproche fortement.

Les auteurs ne nous épargnent rien pour montrer la vie difficile des Coréens du nord et la peur qui les tenaille. On voit la faim, l’emprisonnement, le culte de la personnalité, la propagande, les dénonciations, la surveillance, la censure… mais aussi la débrouillardise, l’amitié, l’amour et tous ces sentiments qui sont nécessaires lorsqu’on se retrouve privé de liberté. Cette histoire est dure, c’est pourquoi je la conseillerai à partir de l’adolescence même si le héro a 8 ans au début de l’histoire.

Les dessins sont adaptés à l’histoire avec un aspect jeunesse qui m’a bien plu. Les couleurs aussi sont bien choisi et on voit l’évolution entre le début de la BD où tout semble aller bien, et au fur et à mesure que l’histoire avance, elles changent et le trait aussi un peu.

Au final, une BD à mettre entre toutes les mains qui abordent avec un côté humoristique un sujet méconnu : les conditions de vie en Corée du nord. J’ai appris beaucoup de choses et l’histoire de ce petit garçon, qui pourrait être vraie, m’a touchée.

Publicités