Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui, je viens vers vous pour vous parler du premier diptyque d’une série de bande-dessinée qui vaut le détour ne serait-ce que pour les dessins. Si vous aimez Jules Verne et le steampunk, alors bienvenue dans le monde du château des étoiles.

Avis rapide (36) : « Le château des étoiles, tome 1 et 2 : 1869, la Conquête de l’espace » (2 tomes) d’Alex Alice

Couverture « Le château des étoiles, tome 1 : 1869, la Conquête de l’espace » d’Alex Alice

Je n’ai pas lu la version « revue » mais celle brochée. Je regrette un peu de ne pas avoir pu lire cette première version qui comportait en plus des planches des articles façon bonus pour l’histoire et qui permettait des illustrations plus grandes. Cependant, empruntant une grande majorité des bandes-dessinées à la bibliothèque, il m’était difficile de faire la fine bouche.

Ceci dit, j’ai adoré l’univers déployé par Alex Alice. Plus jeune, je dévorais les romans d’aventure de Jules Verne et de Sir Arthur Conan Doyle ; et on retrouve un peu de ces deux là dans ce récit même si l’hommage est plus appuyé pour le premier.

On se rêve à côté de Séraphin de pouvoir aller dans l’espace et tutoyer le fameux éther. Jeune garçon positif qui ne souhaite que retrouver sa mère, il est entouré de personnages plus ou moins secondaires qui donnent à son histoire des brins d’humour, de rêverie, de sérieux… Mention particulière pour Ludwig, roi de Bavière mais surtout connu pour son côté excentrique, qui se révèle comme j’aurai pu l’imaginer.

Couverture « Le château des étoiles, tome 2 : 1869, la Conquête de l’espace » d’Alex Alice

L’histoire reste banale : un jeune garçon qui souhaite revoir sa mère. Mais le contexte historique bien maîtriser lui donne une saveur particulière. Comme quoi il n’est pas toujours nécessaire de réinventer le fil à couper le beurre.

Enfin, les dessins sont sublimes avec des couleurs pastel vraiment saisissantes. Très sincèrement, je crois que c’est la première fois que les couleurs d’une bande-dessinée me font l’effet là. Certaines cases sont vraiment à regarder de près et à admirer.

Bref, un premier cycle prometteur à la rencontre de l’aventure et du rêve avec des dessins qui valent vraiment le détour.

Publicités

N'hésitez pas à laisser votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :